Recherche  

La réunification allemande et la politique mondiale

La communauté internationale est partagée sur la réunification allemande. La RFA cherche le dialogue avec ses alliés et ses voisins européens. Elle suggère de négocier au niveau international. À la suite des entretiens « Traité deux-plus-quatre », l'Allemagne retrouve sa souveraineté pleine et entière.

source: Bundesregierung/Lehnartz
Des responsables politiques des anciennes puissances alliées sont présents lors du démontage de la baraque de contrôle du « Checkpoint Charlie » à Berlin, le 22 juin 1990. Ce point de passage du Mur de Berlin mondialement connu avait été mis en place pour les militaires et les diplomates des Alliés de l'Ouest.


Les Allemands ne peuvent pas décider tous seuls de la réunification. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les puissances alliées ont gardé la prérogative sur cette décision. La RDA et la RFA sont chacune membre d'alliances internationales différentes. Tandis que les États-Unis saluent la réunification, la Grande-Bretagne et la France craignent une Allemagne trop forte. Dans un premier temps, l'Union soviétique rejette elle aussi la réunification.

Les acteurs principaux des nombreux pourparlers au niveau international sont le chancelier Kohl et son ministre des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher. La reconnaissance des frontières de l’Europe et l’appartenance de l’Allemagne à une alliance y jouent un rôle important. Le début des entretiens entre les quatre puissances alliées et les deux États allemands est un pas décisif. Les négociations aboutissent finalement en septembre 1990 à la signature du « Traité deux-plus-quatre ».
Imprimer cette page | Recommander ce site | Envoyer un commentaire